Palestinian ID and wrong ideas

Les cartes d’identité Palestiniennes doivent être celles qui ont le moins de signification juridique dans le monde. C’est le prix à payer quand un pays est le vassal de son voisin. Il faut partir du principe que la Palestine, malgré les accords signés, la « feuille de route » et le « processus de paix », n’est pas vraiment un pays :

  • Les frontières sont celles qui sont décidées par Israël (cf le Mur et les nouvelles frontières), donc d’une année à l’autre le pays peut avoir une forme différente. Par conséquence, la propriété terrienne privée peut être réquisitionnée par Israël à n’importe quel moment (préavis d’une à deux semaines)

  • La monnaie nationale est israélienne

  • Les services d’eau, d’électricité et de gaz en Palestine sont gérées par des compagnies israéliennes

  • Les produits sont bien souvent écrits en hébreu, ceux qui sont exportés portent l’étiquette « made in Israël » pour bénéficier des avantages commerciaux qu’Israël a signé avec les pays complices

  • L’espace maritime et aérien en Palestine est réservé à l’exploitation israélienne, tout comme les routes : les meilleures routes sont simplement interdites aux voitures qui possèdent la plaque verte (palestinienne). Pas la peine de parler des restrictions de mouvements en ce qui concerne les checkpoint et autres barrages dans et autour des villes palestiniennes

  • Sur 132 députés que compte le Parlement national Palestinien, 41 sont dans des prisons israéliennes, ainsi que deux ministres, pour des durées variables

  • Etc

  • Etc

La seule organisation internationale qui reconnaît officiellement l’Etat palestinien est la FIFA.

Dans ces conditions, on peut imaginer le contrôle israélien sur les pièces d’identité palestinienne. Dans un passeport palestinien, qui ressemble de l’extérieur à un véritable passeport, on trouve en fait la mention « laissez-passer ». Soit je me trompe, soit c’est le même terme qui était utilisé dans les papiers d’identité français pendant l’occupation allemande. Ce qui signifie qu’on est libre de circuler mais que la suspicion d’appartenir à une organisation terroriste plane toujours au-dessus de votre crâne. Haitham, un journaliste de Reuters à Bethleem passe souvent plusieurs heures aux contrôles des aéroports, pendant les autres citoyens reçoivent directement leur tampon sans question. Un autre Palestinien, qui voulait se rendre en Grande-Bretagne pour le travail, a passé deux mois à remplir trois des tonnes de documents. Lorsqu’il a finalement eu le visa, il a voulu passer la frontière jordanienne pour se rendre à l’aéroport d’Amman, et on l’a stoppé. Ils ont évoqué un lien entre lui et une organisation douteuse et il a été refoulé, non pas en Grande-Bretagne mais à la porte de son pays.

Avec l’ID (identity card) palestinienne, on ne va pas en Israël, on ne va pas à Jerusalem-Est, capitale Palestinienne et troisième lieu saint de l’Islam (et accessoirement merveille historique et architecturale sans égal). Et avec l’ID, on quitte difficilement le pays, on rejoint parfois difficilement son lieu de travail ou sa famille, à l’intérieur des « frontières » palestiniennes, puisque les contrôles aux checkpoint sont absolument arbitraires et sont basés sur la volonté des soldats. Rappelons que, comme à Sparte, en Grèce au 4e siècle avant JC, le service militaire est un devoir civil, social et moral, à la suite duquel on devient un adulte et un citoyen : 3 ans pour les hommes, 2 ans pour les femmes (les femmes, pendant cette période, ont le droit de se faire avorter deux fois). Ceux qui refusent de servir dans l’armée en Cisjordanie sont condamnés à plusieurs mois de prison (ils sont 1500 israéliens dans les geôles de leur propre pays pour avoir refusé de servir dans l’armée).

Hebronite's classical checking

Hebronite's classical checking

Les soldats aux checkpoint sont jeunes (entre 18 et 25 ans), et nerveux à l’idée de se retrouver face à un kamikaze (bien qu’on n’en ai pas vu depuis des années). Ils font leur travail parfois par résignation, mais souvent prennent un malin plaisir à faire perdre le temps des Palestiniens, à vérifier quinze fois les papiers, les faire descendre de la voiture, les allonger par terre, les mettre à moitié nu pour vérifier qu’ils n’ont pas d’armes etc. Ils ont le droit de tout faire. Tuer un Palestinien n’est d’ailleurs pas interdit. Mais les expériences passées ont montré que c’est ce qui provoque une Intifada.

Rights reserved

Rights reserved

Mais revenons aux cartes d’identité et prenons un exemple. Bayan est une avocate avec qui je travaille dans la vieille ville. Elle est allé une vingtaine de fois à Jérusalem, avant la Seconde Intifada. Entre 2001 et 2004, elle est allé étudier le droit à Amman pour échapper aux affrontements. En revenant en Cisjordanie, la situation était complètement différente : fini les visites à Jaffa, Haïfa ou Jérusalem. Désormais, il faut des autorisations spéciales, plus ou moins difficiles à obtenir. Ceux qui ont fait de la prison ou ont été impliqués politiquement dans la Résistance n’ont aucune chance d’avoir l’autorisation. Pour Bayan par exemple, qui est une femme exemplaire, elle a « profité » de la maladie oculaire de son père qui avait besoin d’être soigné chez un médecin spécialiste à Jérusalem. En l’accompagnant, elle a eu une autorisation d’un jour : entre 5h et 19h. C’est une journée à ne pas gâcher. C’est l’occasion d’aller prier à la mosquée Al Aqsa et rendre brièvement visite à sa famille. 20 minutes pour chacun.

Pass pour Jerusalem

Pass pour Jerusalem

Gilgamesh

Published in: on 23 juin 2009 at 1:19  Laisser un commentaire  
Tags: , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://victorlassalle.wordpress.com/2009/06/23/palestinian-id-and-wrong-ideas/trackback/

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :